Thamazight, c’est la vie.

mohand's picture
« À méditer : à l'exclusion de la péninsule arabe, les "arabes" n'ont vu le jour qu'au moment du dépeçage de l'Empire ottoman. À bon entendeur salut! ».

Publié sur mon mur Facebook, ce post m’a valu une sévère réponse de mon camarade, Saadeddine KOUIDRI, « Cher Moumouh c'est toi et toi seul qui affirme par la négation que "Ni le français, ni l'arabe ne peuvent remettre en cause l'Amazighité". Les langues à l'image des identités sont en perpétuel renouvellement. Nous disions bien au PAGS que l'amazighité, l'arabe et l'islam sont des richesses du pays. Nous avons omis d'ajouter les autres composantes de notre identité et c'est là notre erreur. Je constate que tu veux faire l'histoire à l'instar du pouvoir en gommant. Le pays te manque apparemment.
Et pour préciser [...] si je devais reprendre toutes les identités qui illustraient l'Algérie de notre cher Kateb Yacine, ce serait un peu plus long. ».

Le débat est intéressant. Dans l’espoir de le voir s’élargir, il mérite un cadre plus large qu’une page FaceBook.

Tags: 

Guemar II : cette fois, toute la vérité ou encore un mensonge ?

mohand's picture
Un lot d'armes impressionnant découvert par l'ANP à Guemar.
 
Un lot d'armes impressionnant découvert par l'ANP à Guemar.

L’annonce faite par le site du ministère de la Défense d’une "opération de qualité [qui] a permis de récupérer six systèmes de missiles anti-aériens Stinger" est tout sauf banale.

Ces armes individuelles antiaériennes n’ont quasiment jamais été utilisées en dehors de la guerre Afghane contre l’intervention soviétique. Tous les spécialistes soulignent les efforts que les Américains ont consentis pour récupérer ces systèmes après l’évacuation soviétique. L’opposition syrienne a sollicité, de ses soutiens occidentaux, une dotation en "Stinger" pour contrer la suprématie aérienne d’El Assad, cependant la suite donnée à ces demandes a été extrêmement limitée. Quelques armes signalées ici et là, et pour partie, peut-être, des systèmes Chinois captés sur les troupes loyalistes. Rien à avoir avec les dotations massives des "Afghans" par la CIA.

"Il ne faut pas nier les évidences." Par Ahmed Ben Bella

mohand's picture
Procès-verbal-d'audition-Ben Bella-1950

Procès-verbal d'audition du nommé Ben Bella Mohamed

Alger, le 12 mai 1950

 


 

L'an mil neuf cent cinquante et le douze du mois de mai, Devant nous, Havard Jean, commissaire de la police des renseignements généraux, officier de police judiciaire, auxiliaire de M. le procureur de la République. Agissant en exécution de la commission rogatoire n°34 du 7 avril 1950 de M. Catherineau, juge d'instruction près le tribunal de première instance de l'arrondissement de Tizi- Ouzou, étant subdélégué.

Assisté de l'inspecteur officier de police judiciaire Tavera René de notre service. Pour faire suite aux renseignements contenus dans la déclaration de Belhadj Djillali Abdelkader Ben Mohamed, entendons le nommé Ben Bella Mohamed qui nous déclare : Je me nomme Ben Bella Mohamed Ben Embarek, né le 25 décembre 1916 à Marnia (département d'Oran, arrondissement de Tlemcen), fils de Embarek Ben Mahdjoub et de SNP Fatma Bent El Hadj, célibataire.

J'ai exercé la profession de cultivateur à Marnia. Actuellement, je suis permanent rétribué du parti politique MTLD. J'habite Alger, chez Mme Ledru, 35, rue Auber. J'ai fait mon service militaire en qualité d'appelé au 141 RIA à Marseille. J'ai fait la campagne de France 1939-1940, puis la campagne d'Italie. J'ai été démobilisé avec le grade d'adjudant en juillet 1945. Je suis titulaire de la médaille militaire avec 4 citations. Je n'ai jamais été condamné, je suis lettré en français et quelque peu en arabe.

J'ai fait mes études primaires au collège de Tlemcen (EPS) jusqu'au brevet. Mes études terminées, je suis retourné chez moi, dans ma famille à Marnia, où j'ai aidé mon père qui possédait un café fondouk et du terrain de culture. J'ai été appelé sous les drapeaux en 1937 et, comme je vous l'ai dit plus haut, j'ai fait la campagne de France et d'Italie pour être démobilisé en juillet 1945.

Pendant toute cette période, je n'ai pas eu d'activité politique. J'ai commencé à faire de la politique juste après ma démobilisation. Je me suis inscrit aux AML (Amis du manifeste et de la liberté) mais je n'avais aucune fonction particulière ni aucune responsabilité. Aux élections municipales de fin 1945 ou début 1946, je me suis présenté sur une liste d'union indépendante.

J'ai été élu et c'est quelques mois après cela que j'ai été sollicité par le PPA pour entrer dans le parti et organiser une section politique à Marnia. J'ai organisé la section de Marnia, puis ai été chargé de prospecter la région en vue de créer partout des noyaux politiques. C'est ainsi que j'ai eu l'occasion de me déplacer à Sebdou, Turenne, Hennaya et Nemours. Je n'ai pas obtenu les résultats escomptés.

Je suis resté à Marnia jusqu'au début de l'année 1948. Un mois environ avant les élections à l'assemblée algérienne (avril 1948) le chef de la région politique qui m'avait contacté m'a fait connaître que je devais aller à Alger me mettre à la disposition d'un certain Madjid. L'endroit de la rencontre, un café actuellement fermé, qui se trouve aux environs de Monoprix à Belcourt, le jour et l'heure m'ont été fixés.

Usurpation contre constituante.

mohand's picture

Entre euphorie et ferme démarcation le projet de révision constitutionnel, c’est le moins que nous puissions dire, ne laisse pas indifférent. Annoncé comme l’œuvre majeure du chef de l’Etat (après sa monumentale mosquée ?), ce texte finira d’achever ce qui pouvait rester de défendable dans la constitution algérienne. Tout lecteur averti se rend vite compte que ce « couronnement » des quatre mandats de Bouteflika, a toutes les spécifications de l’acte d’accusation de cette longue gouvernance. Mais cela importe-t-il dans ce régime ? La fin justifie toujours les moyens et il n’en est pas à une contradiction près.
 

Tags: 

La pire des situations.

mohand's picture
 
L'armée du Califat
 

La pseudo doctrine de défense "nationale" algérienne produit l'inévitable catastrophe. L'Algérie a défaut d'avoir opté pour une action de polarisation qui aurait travaillé à faire contre poids aux menées obscurantistes de la monarchie Saoudienne, du néo-Califat Ottoman et de l'insolent petit canard Qatari, se retrouve totalement isolée dans ce qu'elle considère son espace d’appartenance !!! faillite monumentale qui désigne notre peuple à la vindicte de cette force arabe. Il faut bien qu'ils se mettent à 34 pour pouvoir envisager de nous écraser.

Mais la Régence a-t-elle été dupe ou complice de cette évolution désastreuse où un pays pivot se retrouve dans un total isolement ? Le régent et ses clientèles ne sont-il pas les obligés de ces forces passéistes qui ne rêvent que de nous faire notre affaire ?

Tags: 

SELLAL IV : A défaut de lecture globale, quelques détails significatifs.

mohand's picture
jupes officielles

Si elles venaient à se confirmer, les rumeurs persistantes sur le retour du binôme BELKHADEM/OUYAHIA à la tête de leurs appareils respectifs seraient une clef pour décrypter le réaménagement gouvernemental intervenu jeudi 14 mai 2015. En attendant, il serait hasardeux de tenter une lecture globale sur un choix de gouvernance décidément affranchi de toute logique institutionnelle ou politique lisibles et transparentes.

Tout au plus, peut-on s’aventurer à l’approche de quelques éléments dont il peut paraître possible de donner un certain sens à défaut d'un sens certain.
 

Tags: 

Maître « printemps » par le nombre alléché….

mohand's picture
Ahnet 2, site abandonné avec des déchets radioactifs.

Il semble que "l'opposition", "partis" et "associations" se soit éveillée au problématique dossier des hydrocarbures non conventionnels. Personnellement, je demande à voir.
Bien sûre, je n'ai rien à avoir (et je ne veux rien à voir) avec deux franges de ce magma, les bureaucrates "reconvertis" et les islamistes. D’ailleurs, je m’interdis toute complaisance à l'égard des « démocrates » renégats qui se sont fourvoyés dans la mode incestueuse des alliances sataniques pour "transformer [disent-ils], le rapport de forces".

Tags: 

La danse des morts et des survivants.

mohand's picture
Moh Achour, mon ami, mon frère;
Par Moussa Ait Ihaddadene
Achour
Moh Achour Belghazli
 

Voila parait-il dix neuf ans que tu es parti, dix neuf longues années pour ceux que tu chérissais, à apprendre à vivre sans toi.
Moi qui ne t'ai pas vu partir. Moi qui ne t'ai pas enterré. Moi qui n'ai pas vu pleurer les tiens. Moi qui n'ai pas chialé comme une madeleine à tes obsèques. Moi qui ne suis pas tombé dans les bras d'un camarade pour cacher mes larmes à Ghilas et Nazim.

Je suis là, agacé par tes doigts qui tambourinent sur cette maudite table d'une salle de rédaction et qui m'empêchent de me concentrer sur mon papier. Ah, si je savais que tu partais. Au diable mon papier, au diable cette table de rédaction, au diable ce journal, tambourine sur cette table jusqu'à ne plus sentir tes doigts. Ou tu sais quoi? J'irais chercher la derbouka de Rabah Khalfa. Je lui arracherais même sa chevalière pour que tu puisses enfin réaliser ces roulements magiques dont il avait le secret. Promis, je me moquerais plus de toi, je te crois sur parole, c'est avec sa chevalière qu'il les réalisait. Il y'a pas si longtemps, j'ai passé à Bastia un agréable moment avec lui après un concert de Idir. Sais-tu qu'il a réussi à captiver la salle avec sa derbouka sur une improvisation majestueuse mélangeant un chant corse et un autre kabyle du chanteur Kabyle et le célèbre groupe Corse Imuvrini.

Tags: 

Pages

Subscribe to ETTAHADDI - TAFAT RSS