La leçon du Kheddam

mohand's picture

http://i881.photobucket.com/albums/ac14/mob_dz/kheddam2.jpg

Par Ameziane Ferhan

Imaginez le fils d’un pauvre muezzin analphabète d’un petit village de Kabylie dans les années vingt. Un paysage de misère et de dur labeur où le pain paraît un luxe inouï.

Imaginez maintenant que son père l’envoie très jeune dans une zaouïa de la Soummam.

Imaginez encore qu’il apprend le Coran par cœur et éblouit les gens par ses psalmodies.

Imaginez-le, à 12 ans, obligé de se rendre à Alger pour devenir un Gavroche du colonialisme, manœuvre dans une entreprise de construction à Oued Smar.

Imaginez une dispute avec le patron, le renvoi et la seule perspective possible : l’émigration.

Imaginez le destin d’un ouvrier algérien de 20 ans dans la France de 1947, les cadences d’une fonderie puis les chantiers de peinture en bâtiment.

Jusque-là, l’imagination fonctionne aisément.

Mais là où elle s’enraye pour laisser place au plus grand étonnement et à une admiration encore plus grande, c’est quand on découvre que ce garçon-là se privait parfois de manger pour aller, le soir, épuisé jusqu’à la moelle, prendre des cours particuliers de solfège.

Il découvre la musique classique universelle, la grande musique arabe auprès de Mohamed Jamoussi et les musiques du monde présentes à Paris, c’est-à-dire quasiment toutes.

Il apprend le piano et le luth, l’harmonie et les règles de la composition musicale. Et comme cela ne lui suffit pas, il prend des cours chez le professeur Lamy, inspecteur des Conservatoires nationaux de musique de France… hachakoum, dirai-je !

A force de lire, il devient ami de son libraire français, un brave homme qui l’aidera à produire son premier 78 tours.

Il était sans doute le seul artiste algérien capable d’écrire directement une musique sur partition, du moins de cette origine sociale, du moins de sa génération. Même aujourd’hui, combien sont-ils, nos chanteurs, à disposer d’une véritable culture musicale et à maîtriser le solfège ? Ils devraient retenir la leçon du Kheddam, le travailleur qui, de son échafaudage, eut le courage de plonger dans l’univers de Beethoven !        

Tags: 

Notation: 

No votes yet

Add new comment

Filtered HTML

  • Web page addresses and e-mail addresses turn into links automatically.
  • Allowed HTML tags: <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Lines and paragraphs break automatically.

Plain text

  • No HTML tags allowed.
  • Web page addresses and e-mail addresses turn into links automatically.
  • Lines and paragraphs break automatically.
CAPTCHA
Accès réservé aux humains.
4 + 0 =
Solve this simple math problem and enter the result. E.g. for 1+3, enter 4.