Vive le Soummam !

mohand's picture
Vive le Soummam !

Nous venons de clore le mois de février. C’est en ce mois de l’année 1957, que l’Algérie perdait l’un de ses plus glorieux dirigeants : Larbi Ben M’Hidi.

En 1957, l’Algérie avait perdu deux pères fondateurs. L’un « tombé » aux mains de l’armée coloniale et par elle assassiné. L’autre « tombé » « au champ d’honneur » victime d’un étranglement fratricide, assassiné par ses frères de combat.

La patrimonialisation de nos institutions nationales date de cette année des assassinats. L’illégitimité qui entache le régime algérien remonte, elle aussi, à 1957.

Ben M’Hidi et Abane, étaient les architectes du congrès national de la Soummam. Leur disparition a constitué la liquidation de leurs orientations nationales adoptées lors de ce congrès fondateur.

Le régime fondé sur la liquidation de la Soummam en vient, aujourd’hui, à exercer un ignoble chantage sur l’Algérie. Ses choix originaux ne pouvaient cultiver que les attitudes qu’il étale aujourd’hui.  Arrogance, mépris et de défiance à l’égard du peuple.

L’histoire de ce régime est celle de la confiscation de la souveraineté et des libertés. Elle est celle de la mise en place d’un système de contrôle policier la société, de la dénaturation profonde d’institutions essentielles que l’école et les constituants de la sphère identitaire et culturelle.

La réalité que ce régime est celle d’une oligarchie comprador antinational, dépravé, corrompu et capable de sacrifier la patrie à ses intérêts propres. Ne l’a-t-elle pas fait en concluant la confrontation avec l’islamisme par la compromission et non par la rupture et de la liquidation ? Ne l’a-t-elle pas fait en se consacrant l’auxiliaire utile au renouveau de la présence néocoloniale de la France en Afrique ? ne l’a-t-elle pas fait en compromettant nos chances de libération et de développement socio-économique ?

Ce régime n’a jamais hésité à violer ses propres « lois ». Aujourd’hui il n’a même plus le souci de sauver les apparences. Dans les transgressions violentes il n’en est pas à son coup d’essai. Il veut rejouer les séquences de la « crise » de l’été 1962, ce moment de chantage ignoble sur notre jeune nation. Seulement, depuis la mise à nue a été opérée et nous voyons le monstre pour ce qu’il est. Nous savons désormais qu’il nous faut agir comme il se doit de le faire face à tout cancer.

Nous savons désormais que pour en finir avec un demi-siècle d’usurpation il est indispensable de reprendre les choses au point de détournement : revenir à la Soummam pour pouvoir reprendre l’élan.

L’intuition que le moment est historique est aujourd’hui très forte. Dès lors qu’elle est collective, l’intuition cesse d’être pressentiment et devient un souffle puissant de changement. Le fleuve grossit de colère et d’indignation. Les digues de son détournement ne peuvent tenir indéfiniment. Que cela soit la digue militaro-bureaucratique érigée en 1957 ; ou, la digue islamoconservatrice initiée par la néo vague Hilalienne du milieu des années 1960 dont Le Caire Nassérien a gratifié l’Algérie, toutes deux se fissurent et finiront par casser pour peu que les forces Soummamiennes se reconnaissent et se fédèrent.

Tags: 

Notation: 

No votes yet

Add new comment

Filtered HTML

  • Web page addresses and e-mail addresses turn into links automatically.
  • Allowed HTML tags: <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Lines and paragraphs break automatically.

Plain text

  • No HTML tags allowed.
  • Web page addresses and e-mail addresses turn into links automatically.
  • Lines and paragraphs break automatically.
CAPTCHA
Accès réservé aux humains.
3 + 10 =
Solve this simple math problem and enter the result. E.g. for 1+3, enter 4.