May 2014

Nanterre : Procès A. Rafik Khalifa.

mohand's picture
Abdelmoumen Rafik Khalifa

Un procès d’Abdelmoumène Rafik Khalifa s’ouvre lundi à Paris. Du 2 au 20 juin 2014, tribunal correctionnel de Nanterre aura à juger les conditions de déconfiture des filiales françaises de la compagnie aérienne Khalifa Airways et Khalifa Rent a car, sociétés basées dans les Hauts-de-Seine.

Les prévenus, une dizaine, dont Nadia Amirouchen, l’épouse Khalifa, sont poursuivis pour «malversations», «abus de confiance» et «banqueroute par détournements d'actifs et dissimulation de comptabilité». Les faits reprochés par la justice française faisaient suite à la débâcle du groupe à la suite de sa disgrâce en Algérie.

La France qui avait lancé un mandat d'arrêt international à l'encontre d’Abdelmoumène Rafik Khalifa n’a pas obtenu son extradition d'Angleterre. Récemment extradé vers son pays d’origine, le principal prévenu suivra ces assises à partir de l’Algérie. Dans ce chassé-croisé politico-judiciaire la France, de son côté, refuse toujours d’accéder à la demande Algérienne d’extrader vers l’Algérie plusieurs personnes accusées dans l'affaire Khalifa, dont l’épouse de Abdelmoumène Rafik Khalifa

Tags: 

L’eau, le Sahara et les centrales solaires à concentration

mohand's picture
Par Dr H. Bensaad (*)
 
Centrale solaire de Seville
Centrale solaire de séville

 
 

Il y a trois mois, le 13 février 2014, la société NRG Solar, LLC avait annoncé la mise en service dans le désert de Mojave de la centrale solaire d’Ivanpah. Elle a été réalisée pour la partie énergie par NRG Energy [1], BrightSource Energy pour la partie technologie et par Bechtel Corp [2] pour la partie ingénierie, achats et construction (EPC).


Constituée de trois unités  érigées sur un terrain de 1400ha, elle comporte chacune une tour centrale de 140m de haut, autour de laquelle 347000 miroirs sont disposés en cercles concentriques. Contrôlés par ordinateurs, ils concentrent chacun le rayonnement solaire vers cette tour centrale. 

L’énergie ainsi accumulée va chauffer à plus de 537° C l’eau située dans une énorme chaudière. Cette eau va être vaporisée. Sous l’effet de la pression, elle va faire tourner de puissantes turbines pour produire de l’électricité qui continuera même après le coucher du soleil grâce à la vapeur stockée dans des réservoirs pressurisés. L'air du désert suffit ensuite à refroidir l'eau qui reprend sa forme liquide avant d'être pompée vers le réservoir pour boucler le cycle. Le refroidissement à sec est ainsi un atout non négligeable pour une centrale en plein désert. Il fait ainsi suite à l’inquiétude du Congrès américain, qui s’alarmait des besoins en eau des centrales solaires à concentration installées dans le sud-ouest des Etats-Unis, région à fort stress hydrique [3]. L’eau n’est alors utilisée qu’en quantité  nécessaire au nettoyage des miroirs. Il est évident que le refroidissement à sec accroit le coût de la centrale et va consommer une partie de l’énergie électrique produite, mais il permet de n’utiliser que 5% du volume d’eau nécessaire à une centrale thermique à refroidissement humide. Il faut souligner qu’une centrale solaire PV de même puissance consomme 40 fois moins d’eau qui est utilisée exclusivement pour le nettoyage des panneaux! Soulignons qu’au plan mondial, le marché photovoltaïque est toujours en croissance très forte.

Tags: 

ALGERIENS, INDIGNEZ-VOUS … !

mohand's picture
ALGERIENS, INDIGNEZ-VOUS … !
Adresse à Monsieur le Président de la République
Par Hocine Malti, 27 mai 2014
 
Hocine Malti
Monsieur le Président de la République,

Vous venez d’autoriser l’exploration et l’exploitation du gaz de schiste sur le territoire de notre pays à tous, l’Algérie. Nous avez-vous consultés, nous les citoyens, avant de prendre une décision aussi grave ? Avez-vous, ne serait-ce que pour la forme, consulté la représentation nationale ? Sachant à quel point vous et le régime dont vous êtes la façade avez travesti les règles de la démocratie dans notre pays, vous auriez probablement obtenu l’accord quasi-unanime de ceux qui sont censés nous représenter. Cela nous aurait cependant permis de repérer les quelques courageux qui auraient osé vous dire, non. Savez-vous ce qu’est le gaz de schiste, Monsieur le Président ? Savez-vous comment l’on procède pour extraire ce gaz de la roche qui le contient ? Savez-vous quels sont les dangers encourus lors de l’extraction ? Savez-vous de quelles réserves l’Algérie dispose-t-elle ? Savez-vous qu’elles seront les retombées financières sur le pays, une fois l’exploitation entamée ? Savez-vous quelles décisions ont été prises en la matière par  d’autres pays, censés disposer de réserves importantes de cette ressource ?

Tags: 

GHARDAÏA : le jeu trouble du pouvoir

mohand's picture

 

Nacer Eddine Hadjadj

Nacer Eddine Hadjadj, secrétaire national à l’urbanisme et à l’aménagement du territoire du RCD et ancien P/APC de Berriane, illégalement destitué par le ministère de l’intérieur en 2009, a passé la nuit du 26 au 27 mai 2014 au commissariat de cette ville. Il a été présenté devant le procureur de la république ce matin sous l’accusation d’incendie de véhicule avec cocktail Molotov en date du 24 janvier 2014 au 25janvier 2014.

Tags: 

Quand le RCD vend son âme au diable

Cherif Berkache's picture
RCD Boycott


Le Rassemblement pour la culture et la démocratie créé par Saïd Sadi, Mokrane Aït-Larbi, Ferhat Mehenni et Mustapha Bacha, en 1989, sur le corps encore chaud du Mouvement culturel berbère est-il le même que le RCD -un sigle formé de trois lettres- qui fait partie d’une coordination de cinq partis dont quatre sont d’obédience islamiste ?

Aujourd’hui, le RCD est allié, au sein de la CLTD (Coordination nationale pour les libertés et la transition démocratiques), à quatre partis islamistes, le MSP (Mouvement de la société pour la paix), l’héritier du Hamas (« enthousiasme », « exaltation ») algérien de Mahfoud Nahnah, le FJD (Front pour la justice et le développement) de Abdallah Djaballah et son ancien parti (la  première des organisations politiques qu’il a créées), Ennahda (« la renaissance »), Jil Jadid (« nouvelle génération ») de Soufiane Djillali, bennadiste (adepte de Malek Bennabi), ancien lieutenant de Noureddine Boukrouh du temps du PRA (Parti du renouveau algérien) ; mieux, le remplaçant de Saïd Sadi, Mohcine Belabbas, a rencontré, dans le cadre de cette coordination, des membres de le direction du FIS, Ali Djeddi (qui est passé pour une sorte de négociateur du FIS post dissolution) et Kamel Guemazi (qui a été, suite à la victoire du FIS aux municipales de 1990, président du Conseil populaire de la ville d’Alger, sorte de grand maire de la Capitale). Il nous est donné là à voir sous les lunettes du RCD toute la nébuleuse islamiste algérienne, allant de la famille FIS aux Frères musulmans en passant par les réformistes bennabistes, sortes d’islamistes bcbg.

Tags: 

Lucette Hadj Ali

mohand's picture

LUCETTE HADJ ALI NOUS A QUITTES HIER

Une vraie Algérienne s’en va

Lucette Hadj Ali
 
Loin de la notoriété des grands militants de la cause nationale, Lucette Hadj Ali fait partie de ces militants très discrets mais très résolus. Peu de gens la connaissent bien qu’elle ait donné toute sa vie pour l’Algérie. L’histoire de cette vraie Algérienne d’origine française s’est arrêtée hier matin à l’aube.

Lucette Hadj Ali, épouse de Bachir Hadj Ali, née Laribére en 1920, est décédée ce lundi 26 mai au matin à la Seyne-sur-Mer près de Toulon, dans le sud de la France.

A voir son sourire, à quelques semaines de sa mort, on ne pouvait deviner ce qu’elle a enduré depuis les années 1945-1946 où elle prenait conscience du fait colonial.

Depuis cette date elle s’était résolu- ment engagée pour l’Algérie indépendante, puis pour l’Algérie moderne et démocratique.

Dans son livre publié en juin 2011, elle décrit les conditions qui l’ont conduite à s’engager entière- ment pour l’indépendance de l’Algérie. Combien de fois elle regrettait le fait de prendre conscience tardivement de cette réalité coloniale : «Mais j’étais aveuglée», disait-elle à chaque fois qu’on parlait de cette période. Très franche, elle le dit dans son livre, son environnement social à Oran où elle était, dont la majorité était européenne, ne permettait pas «d’avoir des contacts avec la population algérienne». Mais Lucette s’est rendu compte de cette situation quand elle s’était installée à Alger en 1942 où elle avait connu Robert Manarranche, qui est devenu son premier mari et avec qui elle a eu deux enfants, Pierre et Jean.

Tags: 

« Les yeux de Safia » ne brillent plus

Youcef Rezzoug's picture

Une vie dédiée au combat, Lucette Hadj Ali est décédée

«  Les yeux de Safia » ne brillent plus

Lucette Hadj Ali
Lucette et Bachir Hadj Ali

​Lucette Larribière Hadj Ali, militante communiste algérienne vient de décéder. Son parcours a été un engagement continuel au service de sa patrie, qui suit le long court du combat pour la libération sociale et politique. Il recoupe le parcours de nombreux militants et patriotes qui, comme elle, ont tant sacrifié pour la patrie.

Elle est la fille de Jean-Marie Larribère, un pionnier de l'accouchement sans douleur qui avait sa propre clinique à Oran. Native en 1920, de cette ville de l’ouest algérien, Lucette s’installe à Alger à partir de 1942. À l’issu de ses études d’Histoire et de géographie à l’université d’Alger, elle travaille à l’Agence France-Presse, puis, à partir de 1943, à Liberté, journal hebdomadaire, du Parti communiste algérien. C’est là, qu’elle a acquière les bases du métier, sous la houlette d’une journaliste de talent, Henriette Neveu. Son travail à Liberté lui a fait découvrir toute l’horreur du système colonial. Elle va rejoindre en tant que rédactrice en chef le mensuel de l’Union des femmes d’Algérie (U.F.A), première organisation féministe dans ce pays, créée en 1944, par le PCA. Elle intégrera rapidement la direction de l’UFA où elle  approfondit sa prise de conscience politique. Elle y côtoie Alice Sportisse et Lise Oculi, les directrices successives de ce mensuel, ainsi que Gaby Gimenez-Bénichou.

Tags: 

Gaz de Schistes : Le modèle américain n’est pas transposable en Algérie

mohand's picture
Hocine Bensaad


Le Conseil des ministres vient de prendre, selon le communiqué en date du 21 mai 2014, la décision d’autoriser l’exploration et l’exploitation du gaz de schiste.

Cette décision se fonde sur les estimations purement théoriques du département américain de l’Energie (DoE), classant l’Algérie au troisième rang mondial après la Chine et l’Argentine pour ses réserves récupérables. Or, l’Algérie ne dispose ni de capacités, ni de compétences, ni de l’expérience technique prouvée du forage horizontal à de grandes profondeurs ainsi que les techniques de fracturation hydraulique, seules techniques fiables maitrisées par les seules grandes compagnies pétrolières. Elle aura donc recours à l’expertise et aux compétences de ces sociétés étrangères ainsi que l’achat ou la location de moyens techniques nécessaires à la fracturation hydraulique. Cette dernière nécessitera d’énormes quantités d’eau, jusqu’à 20 000 m3 par puits que pourvoira une noria de camions-citernes de 1400 tonnes métriques de sable (proppants) et des centaines de produits chimiques hautement toxiques dont la composition est tenue secrète par le/les fournisseurs à proportion de 0,5% du volume d’eau. 

Tags: 

Régence de schiste et de lanthanides.

mohand's picture
Schistes

Mon propos n’est pas de faire valoir une quelconque « légitimité » pour « antériorité dans la prise de position ». Elle n’est pas aussi de dire « mieux vaut tard que jamais ». Je veux juste dire mon interrogation sur la portée de certaines prises de position.

L’interview de Sid Ahmed Ghozali, d’abord, elle n’apporte pas vraiment de clarifications. Au moment de la discussion de la loi sur les hydrocarbures (LHC) il avait trouvé inopportun de se prêter aux questions d’un interviewer un peu plus citoyen que journaliste. Là il s’exprime par allusions et sous-entendus. Le choix contraste, à mon avis, avec la gravité du sujet.

Le positionnement d’El Watan … Week-End, est plus franc. Le papier de l’un de ses rédacteurs en chef est d’une tonalité qui est une rupture dans l’approche de cette question. Le papier de Fayçal Metaoui, tranche avec la position qui a dominé jusque-là au sein de la rédaction du journal. Les voix discordantes, au moment de l’élaboration du nouveau cadre juridique, n’avaient trouvé à s’exprimer que dans les colonnes du soir d’Algérie, du matindz.net, sur le plateau de berbère télévision, et de l’émission économique de Radio Alger internationale.

Tags: 

Pages