March 2016

Guemar II : cette fois, toute la vérité ou encore un mensonge ?

mohand's picture
Un lot d'armes impressionnant découvert par l'ANP à Guemar.
 
Un lot d'armes impressionnant découvert par l'ANP à Guemar.

L’annonce faite par le site du ministère de la Défense d’une "opération de qualité [qui] a permis de récupérer six systèmes de missiles anti-aériens Stinger" est tout sauf banale.

Ces armes individuelles antiaériennes n’ont quasiment jamais été utilisées en dehors de la guerre Afghane contre l’intervention soviétique. Tous les spécialistes soulignent les efforts que les Américains ont consentis pour récupérer ces systèmes après l’évacuation soviétique. L’opposition syrienne a sollicité, de ses soutiens occidentaux, une dotation en "Stinger" pour contrer la suprématie aérienne d’El Assad, cependant la suite donnée à ces demandes a été extrêmement limitée. Quelques armes signalées ici et là, et pour partie, peut-être, des systèmes Chinois captés sur les troupes loyalistes. Rien à avoir avec les dotations massives des "Afghans" par la CIA.

"Il ne faut pas nier les évidences." Par Ahmed Ben Bella

mohand's picture
Procès-verbal-d'audition-Ben Bella-1950

Procès-verbal d'audition du nommé Ben Bella Mohamed

Alger, le 12 mai 1950

 


 

L'an mil neuf cent cinquante et le douze du mois de mai, Devant nous, Havard Jean, commissaire de la police des renseignements généraux, officier de police judiciaire, auxiliaire de M. le procureur de la République. Agissant en exécution de la commission rogatoire n°34 du 7 avril 1950 de M. Catherineau, juge d'instruction près le tribunal de première instance de l'arrondissement de Tizi- Ouzou, étant subdélégué.

Assisté de l'inspecteur officier de police judiciaire Tavera René de notre service. Pour faire suite aux renseignements contenus dans la déclaration de Belhadj Djillali Abdelkader Ben Mohamed, entendons le nommé Ben Bella Mohamed qui nous déclare : Je me nomme Ben Bella Mohamed Ben Embarek, né le 25 décembre 1916 à Marnia (département d'Oran, arrondissement de Tlemcen), fils de Embarek Ben Mahdjoub et de SNP Fatma Bent El Hadj, célibataire.

J'ai exercé la profession de cultivateur à Marnia. Actuellement, je suis permanent rétribué du parti politique MTLD. J'habite Alger, chez Mme Ledru, 35, rue Auber. J'ai fait mon service militaire en qualité d'appelé au 141 RIA à Marseille. J'ai fait la campagne de France 1939-1940, puis la campagne d'Italie. J'ai été démobilisé avec le grade d'adjudant en juillet 1945. Je suis titulaire de la médaille militaire avec 4 citations. Je n'ai jamais été condamné, je suis lettré en français et quelque peu en arabe.

J'ai fait mes études primaires au collège de Tlemcen (EPS) jusqu'au brevet. Mes études terminées, je suis retourné chez moi, dans ma famille à Marnia, où j'ai aidé mon père qui possédait un café fondouk et du terrain de culture. J'ai été appelé sous les drapeaux en 1937 et, comme je vous l'ai dit plus haut, j'ai fait la campagne de France et d'Italie pour être démobilisé en juillet 1945.

Pendant toute cette période, je n'ai pas eu d'activité politique. J'ai commencé à faire de la politique juste après ma démobilisation. Je me suis inscrit aux AML (Amis du manifeste et de la liberté) mais je n'avais aucune fonction particulière ni aucune responsabilité. Aux élections municipales de fin 1945 ou début 1946, je me suis présenté sur une liste d'union indépendante.

J'ai été élu et c'est quelques mois après cela que j'ai été sollicité par le PPA pour entrer dans le parti et organiser une section politique à Marnia. J'ai organisé la section de Marnia, puis ai été chargé de prospecter la région en vue de créer partout des noyaux politiques. C'est ainsi que j'ai eu l'occasion de me déplacer à Sebdou, Turenne, Hennaya et Nemours. Je n'ai pas obtenu les résultats escomptés.

Je suis resté à Marnia jusqu'au début de l'année 1948. Un mois environ avant les élections à l'assemblée algérienne (avril 1948) le chef de la région politique qui m'avait contacté m'a fait connaître que je devais aller à Alger me mettre à la disposition d'un certain Madjid. L'endroit de la rencontre, un café actuellement fermé, qui se trouve aux environs de Monoprix à Belcourt, le jour et l'heure m'ont été fixés.