Révolutionnaire.

mohand's picture
Jean-Louis Hurst

Assez compliqué. La dépouille de Jean-Louis Hurst était recouverte de l'emblème Algérien. C'est une juste reconnaissance.

Mais, je crois que cela est, dans une certaine mesure, réducteur. J-L Hurst a agit en militant internationaliste et en patriote français.

Ce sont trois emblèmes qu'il aurait fallu pour lui rendre hommage. Celui tricolore de sa patrie, la France. Celui rouge, de son combat démocratique et social et enfin le drapeau qu'il a contribué à hisser, celui frappé du croissant et de l'étoile.

Il en est toujours ainsi avec les révolutionnaires ; ils sont insaisissables.

Tags: 

Contre le système; jamais avec les islamistes.

mohand's picture
Dialoguisme
L'alliance avec les islamistes, une rupture dans la tradition républicaine et démocratique.
« Tous contre le pouvoir », tel est la nouvelle doxa qui nous est présentée. Pas « d’extrémisme démocratique », nous dit-on !  Voilà quelque chose de bien curieux, une forme élémentaire de bennabisme, qui revient à placer les républicains conséquents en alter ego des djihadistes, si ce n’est pas être dans le credo du pouvoir dites-moi ce que c’est, s'il vous plait.
Je crains que pour bien expliquer la chose il faille revenir à l’histoire et même à l’histoire « d’avant la guerre froide ».

Tags: 

Ce que BARAKAT n’a pas fait.

mohand's picture
Bataille pour le drapeau

En réagissant à l’annonce de Bouteflika de se succéder à lui-même, des militants de l’Algérois avaient soulevé de grands espoirs. Ils ont bravé la répression et ont brisé le silence. À ce moment-là et dans les conditions concrètes du moment, ils s’étaient acquittés au mieux de la tâche. Ils ont même montré une (pré ?) disposition à aller plus loin ; ils se sont rapidement donné un texte politique de base qui balise les contours de leur action ; mais, surtout, qui paraissait pouvoir jouer le rôle « d’organisateur collectif » pour élargir et densifier le mouvement.

Le nom, « BARAKAT », vient de loin. Ce cri devenu mémorable au lendemain de l’accession à l’indépendance était un cri de rejet de « luttes fratricides ». En 2011, il était remonté des tréfonds de cette mémoire séculaire. Il était entendu ici et là au moment des émeutes qui ont précédé la création de la CNCD. En 2014, il resurgit, naturellement, comme un signal de ralliement pour un front du refus et de sauvegarde de la république.

Tags: 

Prendre Houdh El Hamra et Square Port Saïd et El Mouradia reviendra au peuple.

mohand's picture
Le noyeau de l'oligarchie

Une caste prétorienne compradore qui s’accapare des leviers de l’Etat, les instrumentalise à son service et à celui de ses protecteurs. UNe classe politique vassale, pourrie par sa proximité avec le pouvoir et son affairisme, qui ne manque aucune occasion pour récidiver sa compromission. Une économie empêtrée dans l’improductivité, la spéculation et le parasitisme, totalement submergée par un mercantilisme anachronique, outrancier et persistant.  C’est l’image du désastre algérien.

Tags: 

L’amnistie ou l’effondrement.

mohand's picture
Empreur Bouteflika
Quelle promesses ? Certainement pas la République.

Ouyahia - Bouteflika ont fait parvenir le dossier « de la révision constitutionnelle » aux dirigeants du Fis. Les boycotteurs discutent avec les dirigeants du fis. Le « front Rafdh » est une émanation du fis. Les « politiques » de tous bords se bousculent sur les plateaux de la télévision du fis. Les militants les mieux attentionnés nous expliquent que l’islamisme est « une réalité avec laquelle il faut composer ».

Ettahaddi : Le débat au service de la lutte.

mohand's picture
Lutte Algérie
 

J’ai fini par me sentir à l’étroit sur over-blog.  Sans la moindre ingratitude, il me faut faire évoluer mon blog. Bénéficier de plus de flexibilité et de modularité, oui, mais, pas seulement.

Sur over-blog, j’ai repris la parole; d’ailleurs, c’est l’intitulé du blog : « reprendre la parole ».  Bien sûre, on ne reprend que ce que l’on a perdu. Face aux armes on perd la parole pour survivre par les armes et en les rendant on reprend sa liberté. Ces choses ne sont jamais un choix. Lorsqu’elles sont là, on les assume, c’est tout.

Tags: 

Bouteflika IV : prélude à l’ultime coup d’État.

mohand's picture

 

Bouteflika fauteuil
Bouteflika de retour du Val-de-Gâace.

Pour nous limiter à son parcours propre, rappelons qu’en 1999, il est arrivé au pouvoir à la faveur du débarquement du président le mieux élu de l’histoire de l’Algérie. Le président Zeroual a dû abdiquer devant les forces occultes du système. Si, en 1994, Bouteflika a décliné l’offre de nomination à la présidence de l’État qui lui a été fait, ce n’est pas par dédain pour le poste ; mais, seulement parce que son camp n’avait pas encre infléchit le rapport de force en sa faveur. Une fois cette inflexion acquise, il est parti à la conquête du pouvoir pour l’investir et ne plus le quitter.

Tags: 

Pages

Subscribe to ETTAHADDI - TAFAT RSS