Mémoire

La danse des morts et des survivants.

mohand's picture
Moh Achour, mon ami, mon frère;
Par Moussa Ait Ihaddadene
Achour
Moh Achour Belghazli
 

Voila parait-il dix neuf ans que tu es parti, dix neuf longues années pour ceux que tu chérissais, à apprendre à vivre sans toi.
Moi qui ne t'ai pas vu partir. Moi qui ne t'ai pas enterré. Moi qui n'ai pas vu pleurer les tiens. Moi qui n'ai pas chialé comme une madeleine à tes obsèques. Moi qui ne suis pas tombé dans les bras d'un camarade pour cacher mes larmes à Ghilas et Nazim.

Je suis là, agacé par tes doigts qui tambourinent sur cette maudite table d'une salle de rédaction et qui m'empêchent de me concentrer sur mon papier. Ah, si je savais que tu partais. Au diable mon papier, au diable cette table de rédaction, au diable ce journal, tambourine sur cette table jusqu'à ne plus sentir tes doigts. Ou tu sais quoi? J'irais chercher la derbouka de Rabah Khalfa. Je lui arracherais même sa chevalière pour que tu puisses enfin réaliser ces roulements magiques dont il avait le secret. Promis, je me moquerais plus de toi, je te crois sur parole, c'est avec sa chevalière qu'il les réalisait. Il y'a pas si longtemps, j'ai passé à Bastia un agréable moment avec lui après un concert de Idir. Sais-tu qu'il a réussi à captiver la salle avec sa derbouka sur une improvisation majestueuse mélangeant un chant corse et un autre kabyle du chanteur Kabyle et le célèbre groupe Corse Imuvrini.

Tags: 

20 ans [papa], 20 ans que tu es parti, assassiné.

mohand's picture
Abderrahmane Fardeheb


Il y a 20 ans, c'est toute une vie qui a basculé. Nous avons été contraints à l'exil. Toi, tu n'es plus, mort à tout juste 50 ans. Nous avions fêté tes 50 ans cette année-là en famille, en présence d'une de mes tantes ainsi que de mon oncle. Je me souviens encore de l'ambiance qui y régnait, des éclats de rire. Tu aimais dire que tu avais un demi-siècle! Tu avais soufflé tes bougies, tu étais heureux

Tags: 

« Les yeux de Safia » ne brillent plus

Youcef Rezzoug's picture

Une vie dédiée au combat, Lucette Hadj Ali est décédée

«  Les yeux de Safia » ne brillent plus

Lucette Hadj Ali
Lucette et Bachir Hadj Ali

​Lucette Larribière Hadj Ali, militante communiste algérienne vient de décéder. Son parcours a été un engagement continuel au service de sa patrie, qui suit le long court du combat pour la libération sociale et politique. Il recoupe le parcours de nombreux militants et patriotes qui, comme elle, ont tant sacrifié pour la patrie.

Elle est la fille de Jean-Marie Larribère, un pionnier de l'accouchement sans douleur qui avait sa propre clinique à Oran. Native en 1920, de cette ville de l’ouest algérien, Lucette s’installe à Alger à partir de 1942. À l’issu de ses études d’Histoire et de géographie à l’université d’Alger, elle travaille à l’Agence France-Presse, puis, à partir de 1943, à Liberté, journal hebdomadaire, du Parti communiste algérien. C’est là, qu’elle a acquière les bases du métier, sous la houlette d’une journaliste de talent, Henriette Neveu. Son travail à Liberté lui a fait découvrir toute l’horreur du système colonial. Elle va rejoindre en tant que rédactrice en chef le mensuel de l’Union des femmes d’Algérie (U.F.A), première organisation féministe dans ce pays, créée en 1944, par le PCA. Elle intégrera rapidement la direction de l’UFA où elle  approfondit sa prise de conscience politique. Elle y côtoie Alice Sportisse et Lise Oculi, les directrices successives de ce mensuel, ainsi que Gaby Gimenez-Bénichou.

Tags: 

Pages

Subscribe to RSS - Mémoire