Documents

Le monolithisme de l’État Algérien à l’épreuve du pluralisme de la société

mohand's picture
Professeur Abderrezak Dourari, université Alger 2/CNPLET



«(…) la conception quasi mystique du «corps» souverain de la nation fait naître un peu partout le «problème des minorités» : ceux qui ne parlent pas la même langue ou ne pratiquent pas la même religion à l’intérieur d’une «nation» sont ainsi transformés en un «corps» étranger, une «minorité» regardée avec suspicion.»
(George Corm, La question religieuse au XXIe siècle, p.49)
 
A Dourari



Dans Ghardaïa vivent globalement deux communautés algériennes, l’une d’origine arabe (Banu Sulaym) et l’autre mozabite, d’origine amazighe zénète. Si la première est venue dans le cadre de l’invasion hilalienne du Maghreb au XIe siècle sous l’instigation du califat fatimide du Caire, la deuxième est autochtone. Les deux communautés sont musulmanes puisqu’on n’entend plus parler de la petite communauté juive qui y vivait. La première est sunnite malikite sous l’influence grandissante du wahhabisme ambiant dans le monde islamique d’aujourd’hui, alors que la deuxième est ibadite. La première a pour langue maternelle l’arabe algérien et la deuxième parle le tamazight mozabite. La première vit essentiellement de bédouinisme ; la deuxième est plutôt sédentaire et s’adonne à l’agriculture (culture du palmier dattier et maraîchère), au commerce et à quelques industries. Ces deux communautés, algériennes, différenciées par l’origine, le rite, la langue et le mode de vie, ont vécu côte à côte depuis des siècles. Même si l’on observe très peu de rapports matrimoniaux entre eux et l’existence d’espaces propres à chaque communauté (des villes proprement mozabites ou proprement arabophones), des espaces de contact urbains (l’école, l’université, les moyens de transport aérien et routier, l’hôpital, les places commerciales, l’administration locale…), mais aussi les échanges économiques, commerciaux et… le chômage, la malvie, et le sentiment d’abandon par l’Etat, les réunissent.

Tags: 

Palestine – Israël : De quelques évidences à rappeler.

mohand's picture
 
Samy Oussedik
Par Sammy Oussedik(*)

En ces moments où un déluge de fer et de feu continue de s’abattre sur Ghaza, il serait bon de dépasser cette émotion, certes légitime, qui nous étreint. Cette émotion, amplifiée à l’extrême par les réseaux sociaux, nous empêche de penser et d’agir.

Or, aujourd’hui, et plus que jamais, il convient de faire un pas de côté et de convoquer la raison. Renouons avec cette raison qui était au coeur de la pensée d’Ibn Roshd, d’Ibn Sina ou encore d’Ibn Haytem et de bien d’autres. Faisons nôtre la profession de foi de Baruch Spinoza, immense philosophe chassé de sa communauté dès l’âge de 21 ans, qui proclamait «sa passion de la Raison». Face au conflit palestino-israélien, la Raison doit s’exercer. Cela passe d’abord par la prise en compte et l’analyse de la réalité, de ses causes et de ses effets. Loin d’un quelconque romantisme révolutionnaire qui ne fait que tenter d’atténuer notre mal-être et satisfaire nos égos… et, hélas, n’a aucun effet sur les souffrances qu’endurent les Palestiniens, non pas depuis dix jours mais depuis des décennies. C’est aussi, en la matière, «penser contre soi». Cela signifie de passer au crible de la raison critique nos préjugés, nos pensées, nos (in)actions mais aussi nos lâchetés… Alors, de cette réalité, j’en retire quelques évidences qui, je l’espère, nous éclaireront sans nous aveugler.

Tags: 

Arezki Ait-Larbi : Les islamistes prennent la main.

mohand's picture
Algérie : Ils ont conforté leur position de pivot de la vie politique.
Arezki Aït-larbi
Correspondant de la Libre Belgique à Alger
 
Arezki Ait-Larbi
C'est une première. Alors que le pouvoir consulte ses clientèles pour la révision de la Constitution, l'opposition a organisé, mardi à Alger, une conférence « pour les libertés et La transition démocratique ».

Islamistes, nationalistes, démocrates, laïques, opposants historiques et notables du régime évincés du sérail ont fini par se retrouver autour d’une même table. Objectif : proposer des solutions à la crise qui a plombé le pays, notamment depuis la réélection chahutée, en avril dernier, du président Abdelaziz Bouteflika pour un cinquième mandat.

Malgré le consensus apparent sur des généralités comme la consécration du principe de la citoyenneté et de l'égalité devant La loi, la justice sociale et le respect des droits de l’homme et des libertés individuelles et collectives, la poussière des sujets qui fâchent est vite balayée sous le tapis.

Le statut de la femme, la liberté de conscience et de culte et les droits des minorités restent implicitement balisés par tes préceptes de l’islam. La conférence a d’ailleurs débuté par la lecture de versets coraniques.

Tags: 

ALGERIENS, INDIGNEZ-VOUS … !

mohand's picture
ALGERIENS, INDIGNEZ-VOUS … !
Adresse à Monsieur le Président de la République
Par Hocine Malti, 27 mai 2014
 
Hocine Malti
Monsieur le Président de la République,

Vous venez d’autoriser l’exploration et l’exploitation du gaz de schiste sur le territoire de notre pays à tous, l’Algérie. Nous avez-vous consultés, nous les citoyens, avant de prendre une décision aussi grave ? Avez-vous, ne serait-ce que pour la forme, consulté la représentation nationale ? Sachant à quel point vous et le régime dont vous êtes la façade avez travesti les règles de la démocratie dans notre pays, vous auriez probablement obtenu l’accord quasi-unanime de ceux qui sont censés nous représenter. Cela nous aurait cependant permis de repérer les quelques courageux qui auraient osé vous dire, non. Savez-vous ce qu’est le gaz de schiste, Monsieur le Président ? Savez-vous comment l’on procède pour extraire ce gaz de la roche qui le contient ? Savez-vous quels sont les dangers encourus lors de l’extraction ? Savez-vous de quelles réserves l’Algérie dispose-t-elle ? Savez-vous qu’elles seront les retombées financières sur le pays, une fois l’exploitation entamée ? Savez-vous quelles décisions ont été prises en la matière par  d’autres pays, censés disposer de réserves importantes de cette ressource ?

Tags: 

Lucette Hadj Ali

mohand's picture

LUCETTE HADJ ALI NOUS A QUITTES HIER

Une vraie Algérienne s’en va

Lucette Hadj Ali
 
Loin de la notoriété des grands militants de la cause nationale, Lucette Hadj Ali fait partie de ces militants très discrets mais très résolus. Peu de gens la connaissent bien qu’elle ait donné toute sa vie pour l’Algérie. L’histoire de cette vraie Algérienne d’origine française s’est arrêtée hier matin à l’aube.

Lucette Hadj Ali, épouse de Bachir Hadj Ali, née Laribére en 1920, est décédée ce lundi 26 mai au matin à la Seyne-sur-Mer près de Toulon, dans le sud de la France.

A voir son sourire, à quelques semaines de sa mort, on ne pouvait deviner ce qu’elle a enduré depuis les années 1945-1946 où elle prenait conscience du fait colonial.

Depuis cette date elle s’était résolu- ment engagée pour l’Algérie indépendante, puis pour l’Algérie moderne et démocratique.

Dans son livre publié en juin 2011, elle décrit les conditions qui l’ont conduite à s’engager entière- ment pour l’indépendance de l’Algérie. Combien de fois elle regrettait le fait de prendre conscience tardivement de cette réalité coloniale : «Mais j’étais aveuglée», disait-elle à chaque fois qu’on parlait de cette période. Très franche, elle le dit dans son livre, son environnement social à Oran où elle était, dont la majorité était européenne, ne permettait pas «d’avoir des contacts avec la population algérienne». Mais Lucette s’est rendu compte de cette situation quand elle s’était installée à Alger en 1942 où elle avait connu Robert Manarranche, qui est devenu son premier mari et avec qui elle a eu deux enfants, Pierre et Jean.

Tags: 

Gaz de Schistes : Le modèle américain n’est pas transposable en Algérie

mohand's picture
Hocine Bensaad


Le Conseil des ministres vient de prendre, selon le communiqué en date du 21 mai 2014, la décision d’autoriser l’exploration et l’exploitation du gaz de schiste.

Cette décision se fonde sur les estimations purement théoriques du département américain de l’Energie (DoE), classant l’Algérie au troisième rang mondial après la Chine et l’Argentine pour ses réserves récupérables. Or, l’Algérie ne dispose ni de capacités, ni de compétences, ni de l’expérience technique prouvée du forage horizontal à de grandes profondeurs ainsi que les techniques de fracturation hydraulique, seules techniques fiables maitrisées par les seules grandes compagnies pétrolières. Elle aura donc recours à l’expertise et aux compétences de ces sociétés étrangères ainsi que l’achat ou la location de moyens techniques nécessaires à la fracturation hydraulique. Cette dernière nécessitera d’énormes quantités d’eau, jusqu’à 20 000 m3 par puits que pourvoira une noria de camions-citernes de 1400 tonnes métriques de sable (proppants) et des centaines de produits chimiques hautement toxiques dont la composition est tenue secrète par le/les fournisseurs à proportion de 0,5% du volume d’eau. 

Tags: 

Barakat : rentrez vos chiens de garde !

mohand's picture

Rendus furieux par la large mobilisation populaire contre le système, qui gagne toutes les couches de la société, rendue possible par les forces du changement qui gagnent en sympathie et en adhésion à leur projet dans l’ensemble du pays, les chiens de garde du pouvoir mafieux en place s’attaquent à toutes les voix opposées au passage en force du candidat du système Bouteflika.

Tags: 

Contribution : DU DÉSORDRE ET DE LA RENAISSANCE

mohand's picture

Mortada et Hamza
Morteda Zabouri Politologue & Redouane Hamza Ph.D en génie nucléaire

Nous vivons une période d’instabilité historique aussi bien à l’échelle mondiale que localement en Algérie. L’ordre ancien est en voie d’extinction et un ordre nouveau est en émergence. Dans ce contexte, beaucoup d’acteurs et de commentateurs posent le problème en termes de pouvoir. Cette perspective n’est pas privilégiée, dans ce texte, parce qu’un examen de la rupture en termes de pouvoir n’est ni féconde ni sage pour l’Algérie. C’est un jeu à sommes nulles, voire potentiellement catastrophique. En même temps, le statu quo ne peut être une réponse car lui aussi est générateur de désordre. Alors, comment faire en sorte pour que les ruptures soient utiles ? Dans quels domaines agir pour préserver l’indépendance et favoriser le développement ?

Tags: 

Pages

Subscribe to RSS - Documents