Pca

« Les yeux de Safia » ne brillent plus

Youcef Rezzoug's picture

Une vie dédiée au combat, Lucette Hadj Ali est décédée

«  Les yeux de Safia » ne brillent plus

Lucette Hadj Ali
Lucette et Bachir Hadj Ali

​Lucette Larribière Hadj Ali, militante communiste algérienne vient de décéder. Son parcours a été un engagement continuel au service de sa patrie, qui suit le long court du combat pour la libération sociale et politique. Il recoupe le parcours de nombreux militants et patriotes qui, comme elle, ont tant sacrifié pour la patrie.

Elle est la fille de Jean-Marie Larribère, un pionnier de l'accouchement sans douleur qui avait sa propre clinique à Oran. Native en 1920, de cette ville de l’ouest algérien, Lucette s’installe à Alger à partir de 1942. À l’issu de ses études d’Histoire et de géographie à l’université d’Alger, elle travaille à l’Agence France-Presse, puis, à partir de 1943, à Liberté, journal hebdomadaire, du Parti communiste algérien. C’est là, qu’elle a acquière les bases du métier, sous la houlette d’une journaliste de talent, Henriette Neveu. Son travail à Liberté lui a fait découvrir toute l’horreur du système colonial. Elle va rejoindre en tant que rédactrice en chef le mensuel de l’Union des femmes d’Algérie (U.F.A), première organisation féministe dans ce pays, créée en 1944, par le PCA. Elle intégrera rapidement la direction de l’UFA où elle  approfondit sa prise de conscience politique. Elle y côtoie Alice Sportisse et Lise Oculi, les directrices successives de ce mensuel, ainsi que Gaby Gimenez-Bénichou.

Tags: 

Subscribe to RSS - Pca